picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 19 du séminaire le 3 décembre 2015

Quand la monnaie ne sert pas à compter

Jean-Michel Servet (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève)

En préalable et à propos de la thématique du séminaire, Jean-Michel Servet a souligné l’importance, entre les champs privé et public, de la catégorie des communs, dont la monnaie peut faire partie. Il présente la monnaie comme un élément universellement partagé par les sociétés. Elle se définit par deux dimensions. En premier lieu, la monnaie permet la liquidité, la fluidité des échanges nécessaire au fonctionnement d’une société. En second lieu, la monnaie est ce qui ordonne certaines valeurs d’une société.

Dans une première partie, à l’aide de nombreux exemples, Jean-Michel Servet réfute la vision fonctionnelle de la monnaie qui chosifie la réalité des relations humaines. La monnaie est avant tout un lien social. Le prix supposé objectif d’un bien ou d’un service fixé grâce à la monnaie occulte le fait que le prix sanctionne des rapports sociaux. Nous pensons le « prix d’une chose » parce que nous présumons, dans l’ordre économique, l’égalité des contractants.

Dans une seconde partie, l’intervenant explique que la monnaie permet de hiérarchiser les rapports sociaux et les valeurs morales. En effet, avec des monnaies plurielles et cloisonnées, ce système de « valeurs » est tangible. Ces monnaies ne sont pas des contreparties mais des moyens de mettre en relations et de situer ces relations dans le système de « valeurs ». Pour le montrer, Jean-Michel Servet multiplie les références étymologiques qui rappellent l’idée d’interdépendances que la monnaie matérialise.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.