picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 18 du séminaire le 5 novembre 2015

Les nouveaux « chiffres politiques » : une comparaison entre l’Allemagne et la France au XVIIIe siècle

Lars Behrisch (Université d’Utrecht)

 Lars Behrisch cherche à comprendre pourquoi, soudainement, durant la seconde partie du XVIIIe siècle – et plus précisément après la guerre de Sept ans (1756-1763) –, un nouveau type de statistique (chiffrée) a connu un tel essor, parallèlement en France et en Allemagne, dans le champ politique.

 Après avoir expliqué les raisons des lacunes historiographiques sur ce sujet, Lars Behrisch a, dans une première partie, discuter les causes de l’engouement pour cette statistique mathématisée. En premier lieu, le contexte d’une révolution scientifique engagée depuis le XVIIe siècle et durant laquelle sont nées l’arithmétique et l’économie politiques, conjugué à une compétition militaire accrue entre États européens qui induit une conscription et une imposition plus vastes, favorise la prise de conscience par les gouvernements et les administrateurs locaux de l’utilité des dénombrements (des personnes et des ressources). La nécessité de relancer une économie affaiblie par la guerre de Sept ans ainsi que les théories physiocratiques et caméralistes constituent deux autres facteurs décisifs du développement statistique en Europe.

 Dans une seconde partie, Lars Behrisch a développé plusieurs études de cas situés dans l’Empire et dans le royaume de France. Un intendant du comté de Lippe, une petite principauté de l’Empire où se développe la production de lin, comptabilise ainsi les métiers à tisser en lien avec la densité de la population et l’importance du cheptel, afin d’en déduire les conditions de la « félicité publique », idée répandue par les Lumières. Dans la généralité de Riom, la série des « États des récoltes » réalisée durant les dernières années de l’Ancien Régime montre le perfectionnement et l’homogénéisation progressifs des données sur la production agricole. Enfin, le travail méticuleux d’un subdélégué de Lons-le-Saulnier en 1770 illustre, lui aussi, cette précision croissante des collectes statistiques encouragées par la monarchie, qui ne réussira pas cependant à recueillir ces « chiffres politiques » dans tout le royaume.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.