picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 17 du séminaire le 8 octobre 2015

Chiffres publics et privés dans les statistiques italiennes de l’émigration des années 1860 aux années 1920

Caroline Douki (Université Paris8 – UMR 8533 IDHES)

 En introduction, Caroline Douki a rappelé les enjeux politiques et économiques, pour les acteurs privés et publics italiens, à partir des années 1860 et donc durant la phase d’intégration unitaire du pays, de la mesure (en nombre et par répartition géographique) de l’émigration italienne. Couvrant les années 1860 et 1920, son étude permet de périodiser la coproduction publique-privée qui singularise les statistiques de l’émigration italienne.

 La première partie de son exposé explore une période allant des années 1860 à la fin du XIXe siècle qui est caractérisée par un combat par l’État pour le monopole de la statistique migratoire. En effet, les intérêts privés (armateurs surtout, industriels…), divisés entre pro- et anti-émigration, soutiennent les premiers des travaux statistiques, très variés dans leurs méthodes, lacunaires dans leurs résultats et le plus souvent très orientés. Les statistiques provenant des États-Unis et celles publiées dans les bulletins consulaires italiens ne pallient pas totalement le manque d’informations fiables.

En outre, le jeune État italien se doit de connaître les mouvements migratoires afin de mesurer les conséquences des disparités interrégionales, de donner à la nation une image unitaire de sa population et de renforcer son poids dans les relations internationales. En conséquence, alors que Luigi Bodio se trouve à la tête de la direction générale de la Statistique (DGS, organe placé au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce), est créée en 1876 une statistique publique et officielle de l’émigration italienne. Celle-ci est organisée en relation avec les débats internationaux de l’époque en méthodologie statistique, dont Bodio est par ailleurs un animateur majeur. Les obstacles administratifs voire cognitifs (par exemple au niveau de certains personnels municipaux en charge de la collecte de ces renseignements statistiques) et les défauts méthodologiques (calculs à partir des demandes de passeport et non à partir des mouvements réels d’expatriation) nuisent cependant à la validité des résultats rassemblés au niveau national.

 La deuxième période distinguée, des années 1900 aux années 1920, est marquée par le perfectionnement du regard statistique étatique, notamment en raison de la prise de conscience des enjeux financiers représentés par les remises des migrants à leurs proches restés en Italie, mais en raison aussi de la grande fragilité des populations du Sud de l’Italie qui, à leur tour, émigrent en masse (l’Italie dénombre une moyenne d’un million d’émigrants par an dans les années 1910).

Ces améliorations tiennent aussi à la concurrence exacerbée entre les acteurs publics de la statistique migratoire. En effet, les retours financiers sont désormais plus bancarisés ce qui offre au Trésor des données plus complètes sur ce phénomène. Surtout, un Commissariat général à l’émigration (CGE, dépendant du ministère des Affaires étrangères et dirigé à sa création par Luigi Bodio) est créé en 1901 pour parer aux insuffisances des données fournies par la DGS. Il produit ses propres statistiques sur les mouvements de départ et de retours entre l’Italie et les Amériques en utilisant ses fonctionnaires présents sur le terrain pour dénombrer les mouvements de personnes (inspecteurs de l’émigration présents dans les ports, commissaires de bord présent sur les paquebots) ou les données privées fournies par les compagnies maritimes. Cette multiplicité des sources statistiques publiques migratoires perdure jusqu’au milieu des années 1920.

 Les années 1920 voient, d’une part, la généralisation des passeports pour les personnes qui migrent vers d’autres continents mais aussi pour les mouvements transfrontaliers européens, ce qui rend les repérages statistiques fondés sur les passeports plus complets et plus fiables. Elles correspondent, d’autre part, à une nouvelle phase dans l’effort de coordination internationale des statistiques de migrations, notamment avec le Bureau international du travail : dans cette nouvelle donne, l’appareil statistique migratoire qu’avait mis en place l’Italie apparaît alors comme l’un des plus avancés dans ce domaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.