picto_chiffres copie

Compte rendu de la séance 16 du séminaire le 4 juin 2015

Conventions de mesures de la richesse et action publique

Florence Jany-Catrice (Université de Lille1-Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques)

 En préalable, Florence Jany-Catrice a évoqué son parcours intellectuel et le mouvement hétérogène de développement des nouveaux indicateurs de richesse depuis le début des années 2000.

Puis, dans une première partie, F. Jany-Catrice a souligné une triple croyance des économistes orthodoxes : l’effet de ruissellement qui veut que la croissance bénéficiera à tous, le progrès continu qui réparera les dégâts sociaux et économiques quoi qu’il arrive, la hausse du PIB qui entraînera mécaniquement une hausse du bien-être. Elle a ensuite détaillé quatre incohérences que génèrent ces croyances : d’abord le fait que toujours plus d’activité n’est pas forcément facteur de bien-être, de nombreuses activités humaines (bénévoles, domestiques…) échappent à la captation statistique, l’agrégat du PIB est indifférent à l’évolution des inégalités, le PIB ne prend pas en compte les stocks (le patrimoine) d’une société.

Soumis à des critiques récurrentes depuis les années 1980, le PIB est une construction statistique daté qui met en lumière les flux de volume et qui « fonctionne » bien dans une économie essentiellement industrielle. Afin d’estimer la valeur, les statisticiens établissent des indices de prix par branche qui ne rendent compte qu’imparfaitement de la réalité en l’absence d’unités standards, clairement identifiables et stables dans le temps. La productivité, appliquée aux productions intellectuelles du secteur public par exemple, n’est plus un calcul pertinent dans une société de services.

Dans une deuxième partie, F. Jany-Catrice a expliqué les problèmes que rencontre la statistique publique confrontée à la mesure de la « qualité de la vie », question qu’elle aborde de plus en plus dans ses travaux, notamment au niveau des territoires. Qui est légitime pour dire ce qu’elle est ? Quels usages politiques peuvent-être faits d’un certain nombre de mesures.

Enfin, F. Jany-Catrice a proposé des pistes pour l’avenir. Co-construire avec les statisticiens les cadres méthodologiques et délibérer sur ce qui compte et est à compter. Ne pas rejeter la mesure par un relativisme absolu, mais s’intéresser autant au processus qu’au résultat et renoncer à l’illusoire neutralité du chiffre. Dénoncer les dérives quantophréniques qui représentent aujourd’hui les modalités suprêmes de l’argumentation, qui influent sur l’évaluation des politiques publiques et qui disqualifient ce qui n’est pas quantifiable. Enfin, redéfinir la richesse en termes de bien commun.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.