picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 15 du séminaire le 21 mai 2015

Publique ou privée ? La statistique des fonctionnaires en France

Émilien Ruiz (docteur en histoire)

 En prenant en considération les contradictions des données quantitatives recensant les fonctionnaires depuis les années 1840 jusqu’aux années 1940, Émilien Ruiz a choisi d’étudier les interactions entre les chiffres produits, les discours énoncés et les politiques menées.

Dans un premier temps, il a révélé les enjeux d’une histoire de l’État par ses effectifs, détaillant les différents corpus de sources mobilisées (voir le billet sources et bibliographie de la séance).

 Dans un deuxième temps, il a détaillé l’histoire longue de la co-construction (publique-privée) du savoir statistique sur les effectifs de l’État ainsi que les usages, non-usages et usages détournés de ces chiffres. Il distingue d’abord le temps des initiatives individuelles (Alexandre-François Vivien, Maurice Block, Victor Turquan) des années 1840 aux années 1890. Les tâtonnements méthodologiques, les présupposés idéologiques et les rivalités interpersonnelles ou interinstitutionnelles expliquent les motivations des dénombrements repérés. Parallèlement, les statistiques « privées » sont reprises dans des débats publics comme des sources officielles.

À partir de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1930, avec l’appui du pouvoir législatif, des spécialistes (J. Bertillon, É. Cheysson, F. Faure, A. Fontaine, A. Foville, É. Levasseur, L. March, A. Neymarck) perfectionnent, en marge de la Statistique générale de la France, la statistique des fonctionnaires, sans cependant parvenir à un résultat probant.

Ces deux périodes jusqu’à la seconde guerre mondiale permettent de produire des chiffres statistiques le plus souvent hors de l’État, même si le ministère des Finances, dans les lois de finances initiales ou par des travaux internes à la direction du Budget, compte les employés de l’État et entend conserver son quasi-monopole des chiffres dans ce domaine.

La dernière période marquée par l’étatisation des statistiques des fonctionnaires, débutée sous Vichy, ouvre la concurrence entre les chiffres de la sphère publique avec la création de l’Institut national de la statistique et des études économiques, qui produit le premier recensement fiable des fonctionnaires en 1947 (publié en 1949) à la demande de la direction de la Fonction publique créée en 1945, tandis que le ministère des Finances tente de maintenir sa position de « fournisseur exclusifs » de chiffres sur la question avec, notamment, l’Inventaire de la situation financière de la France publié dès 1946 et mis à jour en 1949.

 Dans une dernière partie, É. Ruiz a interrogé l’utilité historienne de tous ces chiffres. Il met en évidence des écarts du simple au double pour la même année entre les différentes sources, ce qui s’explique notamment par l’absence de définition commune de ce qu’est un fonctionnaire. En outre, les méthodes différenciées de production des données empêchent la reconstitution de séries longues homogènes. Enfin, et en revanche, les utilisations et distorsions politiciennes des chiffres révèlent l’histoire de l’image des fonctionnaires ; en un raccourci : des inféodés au régime politique, puis les responsables de la dépopulation de la France du début du XXe siècle, puis des fainéants insupportables pour les finances publiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.