Archives pour la catégorie Evènements

Journée d’études

31 mai 2017

 Chiffres privés, chiffres publics

Calculs, comptabilités et statistiques XVIIe-XXIe siècle

Ministères économiques et financiers

Centre de conférences Pierre-Mendès-France

Salle François-Bloch-Lainé

139 rue de Bercy 75012 Paris

 

Inscription obligatoire à :

https://e-formation.igpde.finances.gouv.fr/forms/content/display_campaign.php?url=37bcde321d1f8edb10bf4f925795a838

Venir bien en avance pour passer les contrôles, avec une pièce d’identité et le programme imprimé.

Contact :

chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr

Plus d’informations :

http://www.economie.gouv.fr/igpde-seminaires-conferences/31-mai-2017-deuxieme-journee-detudes-chiffres-prives-chiffres-publics

Carnet de recherche :

chiffres.hypotheses.org

Organisée par :

Fabien Cardoni (IGPDE, IDHE.S-Paris1)

Anne Conchon (Université Paris1-IDHE.S)

Michel Margairaz (Université Paris1-IDHE.S)

Béatrice Touchelay (Université Lille 3-IRHiS)

 

Programme

 8 h 45

Accueil Café

9 h 00

Mot d’accueil

Anne-Helène Roignan, directrice générale de l’Institut de la gestion publique et du développement économique

9 h 05

Introduction générale

 Jean-Luc Tavernier, directeur général de l’Insee

9 h 15

Présentation du séminaire et des journées d’études

Fabien Cardoni, chargé d’études au bureau de la Recherche de l’IGPDE, ministères économiques et financiers, chercheur associé, IDHE.S-Paris 1

9 h 20

Présidence de la matinée par Michel Margairaz, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur de l’IDHE.S

 Déchiffrer le commerce extérieur

 La production des données sur le commerce extérieur de la France au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle

Loïc Charles, professeur d’économie, université Paris 8, chercheur associé, Institut national d’études démographiques

Guillaume Daudin, professeur d’économie, université Paris Dauphine PSL-Dial, chercheur associé, Observatoire français des conjonctures économiques, président de l’Association française d’histoire économique

 

Enjeux des chiffres du commerce extérieur de la France 1827-1938

Stéphane Becuwe, directeur de recherche au CNRS, GREThA-université de Bordeaux

Bertrand Blancheton, professeur d’économie, université Bordeaux 4 Montesquieu, GREThA

 

10 h 20-11 h 00

Discussion et questions

Discutant : Pierre Gervais, professeur de civilisation américaine, université Paris 3, chargé de cours, université de Genève

Pause 11 h 00-11 h 15

 Des chiffres « socialistes » ?

 Anormaux, secrets, trompeurs ? Retour sur l’altérité des chiffres socialistes à travers l’exemple du Conseil d’aide économique mutuelle

Simon Godard, post-doctorant, Fonds national suisse, chercheur associé, IDHE.S-Paris 1

 

Chiffres et mouvement ouvrier : les indices des prix à la consommation en Italie 1915-1927

Massimo Asta, post-doctorant, chercheur associé, IDHE.S-Paris 1

 

12 h 15- 13 h 00

Discussion et questions

Discutant : Wladimir Andreff, professeur émérite d’économie, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, président de l’Observatoire de l’économie du sport et de son conseil scientifique, ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Pause déjeuner 13 h 00-14 h 30

14 h 30

Présidence de l’après-midi par Béatrice Touchelay, professeure d’histoire contemporaine, université Lille 3, IRHiS

 La performance des chiffres

 Mesurer les performances du blé : une dispute entre meuniers et agronomes XIXe-XXe siècle

Steve Lewis, doctorant en sociologie, IDHE.S-université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, Institut national de la recherche agronomique

 

Un passeur de la science du service public vers le privé. Les efforts du fondateur de la revue Accounting, Organizations and Society pour ouvrir le champ de la comptabilité à l’analyse des politiques publiques

Fabrice Bardet, chargé de recherches senior en science politique, université de Lyon, École nationale des travaux publics de l’État

15 h 30-16 h 00

Discussion et questions

Discutant : Bénédicte Reynaud, directrice de recherche au CNRS, Irisso, université Paris Dauphine Paris Sciences et Lettres Research University

Pause 16 h 00-16 h 15

 Coproduction de chiffres publics

 Chiffres « publics » et chiffres « privés » dans les documents comptables du Proche-Orient ancien

Grégory Chambon, directeur d’études à l’EHESS, Anhima


Des questions indiscrètes. La « politique de sabotage de la Confédération générale de la production française » et la gestion de la crise économique des années 1920 par le Bureau international du travail

Marine Dhermy-Mairal, attachée temporaire d’enseignement et de recherche, institut d’études politiques de Grenoble, Pacte

 

L’ouverture des données de santé : une entrée par les acteurs

François Briatte, maître-assistant en science politique, European School of political and social sciences, université catholique de Lille

Célya Gruson-Daniel, ingénieure de recherche, centre Virchow-Villermé de santé publique Paris-Berlin, doctorante, université de technologie de Compiègne (Costech) et université de Laval-Québec (LabCMO), chercheuse attachée, Centre de recherches interdisciplinaires, université Paris 5

 

17 h 45-18 h 15

Discussion et questions

Discutant : Michel Margairaz, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur de l’IDHE.S

18 h 15-18 h 30

Conclusion générale

Anne Conchon, professeure d’histoire moderne, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, IDHE.S

A télécharger :

AfficheA3-JEchiffres2-31mai2017

Programme_JE-chiffres31mai2017

visuel-carre-600pix-je12janvier2017

JOURNÉE D’ÉTUDES

12 janvier 2017

Chiffres privés, chiffres publics.

Calculs, comptabilités et statistiques XVIIe-XXIe siècle

Salle n° 1, université Paris 1 Panthéon Sorbonne

 

8 h 45 Accueil café

9 h 00

Introduction générale

par Béatrice Touchelay, professeure d’histoire contemporaine, université de Lille 3-IRHiS

9 h 20

Commerces et statistiques XVIIe-XVIIIe siècle

Présidence de la matinée par Anne Conchon

professeure d’histoire moderne, université Paris 1 Panthéon Sorbonne-IDHES

Publier le service du roi par le chiffre : chiffres marchands, service domestique et normes comptables publiques dans la Maison du roi de France au XVIIIe siècle

Pauline Lemaigre-Gaffier, maître de conférences en histoire moderne, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines-Dypac

Recettes fiscales et politique de prix de la ville de Lille au XVIIIe siècle : élaboration, développement et application d’un appareil statistique local

Serge Dormard, professeur honoraire de sciences économiques, université de Lille 1

 10 h 20-11 h 00

Discussion et questions

Discutant : Dominique Margairaz, professeure émérite d’histoire moderne, université Paris 1 Panthéon Sorbonne-IDHES

Pause 11 h 00-11 h 15

 Tenir les comptes de la pêche. Usages privés et usages locaux des chiffres à travers la comptabilité d’un armateur dieppois (premier XVIIIe siècle)

Romain Grancher, agrégé d’histoire et post-doctorant, École des hautes études en sciences sociales

 Dans l’« impénétrable obscurité » du capital. Mesures publiques des fortunes marchandes (1791-1844)

Boris Deschanel, maître de conférences en histoire moderne, université d’Avignon et des pays du Vaucluse, chercheur rattaché à l’IDHES (CNRS-Paris 1 Panthéon Sorbonne)

12 h 15- 13 h 00

Discussion et questions

Discutant : Yannick Lemarchand, professeur émérite de sciences de gestion, université de Nantes

Pause déjeuner 13 h 00-14 h 30

Inscription obligatoire avant le 15 décembre 2016 auprès de

martine.sennegon-meslem@univ-paris1.fr

14 h 30

Comptes publics-privés XIXe-XXIe siècle

Présidence de l’après-midi par Fabien Cardoni

chargé d’études au bureau de la Recherche de l’IGPDE (ministères économiques et financiers), chercheur associé à l’IDHES (CNRS-Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Chiffres privés, chiffres publics, une complémentarité indispensable pour l’intelligence des territoires industriels ruraux. Le cas du jais et du peigne en pays d’Olmes (milieu du XVIIIe siècle-années 1930)

Bruno Evans, doctorant au Framespa, université de Toulouse-Jean Jaurès

Une comptabilité coopérative ? Publicité des comptes et normes capitalistes dans le Wisconsin (années 1870-1930)

Alexia Blin, attachée temporaire d’enseignement et de recherche en civilisation américaine au département du Monde anglophone à l’université Paris 3, doctorante au Cena, École des hautes études en sciences sociales

15 h 30-16 h 00

Discussion et questions

Discutant : Marc Nikitin, professeur émérite de sciences de gestion, université d’Orléans

Pause 16 h 00-16 h 15

Discoursivation of unemployment. Medial construction of (non-)working subjects in infographics in Federal Republic of Germany (1960’s-1970’s)

Kyra Madeleine Palberg, doctorante à l’université de Duisburg-Essen (Allemagne)

 La valeur de l’eau entre sphère privée et sphère publique à travers ses « indicateurs de performance » (1982-2014)

Laurent Beduneau-Wang, doctorant à l’École polytechnique-i3-CRG

17 h 15-18 h 00

Discussion et questions

Discutant : Robert Salais, chercheur associé à l’IDHES (CNRS-ENS Cachan), ancien administrateur de l’Insee

18 h 00-18 h 20

Conclusion générale

par Michel Margairaz, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur de l’IDHES

 

Inscriptions au déjeuner :

martine.sennegon-meslem@univ-paris1.fr

Informations :

chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr

A télécharger:

affiche A3-je_chiffres1-2017

programme1c_je-chiffres2017

Journée d’études sur l’histoire de la statistique

Journée d’études organisée à l’occasion des 70 ans de l’Institut national de la statistique et des études économiques

Histoire aujourd’hui, statistiques demain : regards croisés sur la production et l’usage des statistiques

 Mercredi 29 juin 2016

Centre de conférences Pierre-Mendès-France

Ministères économiques et financiers

Programme provisoire

L’inscription à ce colloque est obligatoire. Pour vous inscrire, connectez-vous à l’adresse
suivante :
http://www.webquest.fr/?m=15005_colloque-historique-et-scientifique-pour-les-70-ans-de-linsee-le-mercredi-29-juin-2016

8 h 30 Accueil-café

9 h 00

Ouverture du colloque

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics (sous réserve)

9 h 30

Introduction

Jean-Luc Tavernier, directeur général de l’Insee (sous réserve)

9 h 45

La politique de coordination des statistiques au sein de l’Union du Benelux

Thierry Grosbois (Université du Luxembourg)

 Mesure pour mesure : Formes d’enquête, d’évaluation et de gouvernement, depuis la statistique d’État jusqu’au « soi quantifié »

Laurent Thévenot (EHESS)

La « gouvernance par les nombres » est-elle la fin de l’histoire de la statistique ?

Jacky Fayolle (INSEE)

11 h 15 – 11 h 30

Pause

D’une crise à l’autre : 1907 et la naissance du suivi de la conjoncture à la SG

Jean Rouchet (INSEE)

Statistique et macroéconomie

Pierre Villa (retraité Insee)

12 h 30 – 14 h

Déjeuner

Les débats français sur les statistiques « ethniques » dans la confusion des genres

Stéphane Jugnot (IRES)

70 ans de statistiques sur l’activité des femmes : zones d’ombre et coups de projecteurs

Monique Meron (INSEE)

15 h – 15 h 15

Pause

 La statistique pénale, une statistique gestionnaire et une statistique criminelle : esquisse d’histoire

Benjamin Camus (INSEE)

La statistique pénitentiaire : gouverner (par) les marges ?

Melchior Simioni (GEMASS) et Elsa Genard (Paris I)

16 h 15 – 17 h 15

Remise du prix Alain Desrosières

17 h 15 – 17 h 30

Clôture du colloque

Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique (sous réserve)

 

 

 Argumentaire scientifique

L’ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l’action même. (Marc Bloch)

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a été créé en 1946.

Producteur de chiffres et adepte de l’aléatoire, force est de constater, que l’Insee s’intéresse à l’histoire ou à son histoire, à l’occasion d’années finissant par un « 6 ». L’unité Recherche de l’Institut organise ainsi en juin 1976 les journées d’étude sur l’histoire de la statistique et publie à partir des contributions un ouvrage intitulé Pour une histoire de la statistique, en deux tomes

Contributions et Matériaux. Vingt ans plus tard, en 1996, l’Insee publie Cinquante ans d’Insee… ou la conquête du chiffre, pour éclairer les particularités de cet institut à la fois au sein des autres administrations, mais aussi vis-à-vis des autres instituts nationaux de statistique. En 2006, à l’initiative d’Alain Desrosières, l’Insee organise la première édition des journées d’histoire de la statistique dont l’objectif est « de s’interroger sur les pratiques statistiques, sur les outils utilisés, sur les catégories produites, sur les champs investis par la statistique publique, sur l’harmonisation internationale, sur le métier de statisticien, etc., toutes questions auxquelles il est nécessaire d’apporter des réponses pour pouvoir produire des statistiques de qualité demain ».

Aussi, semble-t-il logique qu’en 2016, à l’occasion de ses 70 ans, l’Insee, en collaboration avec l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE), organise un nouvel événement autour de l’histoire de la statistique.

Les rôles de la statistique, et de la statistique publique en particulier, ont fortement évolué depuis la fin de Seconde Guerre mondiale. Empruntant à Alain Desrosières le titre de son livre La gouvernance par les nombres, Alain Supiot s’est récemment interrogé sur les conséquences d’un usage de plus en plus intense de la statistique dans la vie politique et sociale, « Avec la gouvernance par les nombres, on espère avoir une représentation chiffrée fidèle, réelle, objective, soustraite à toute espèce de débat car un tel système est censé définir les positions de chacun sans qu’il y ait à prendre de décisions ». Les sociétés développées font un usage toujours plus important d’indicateurs pour : comparer des agents, des pays, des institutions ; évaluer des projets ou des politiques publiques ; classer des performances au travers de palmarès ; etc. Cet usage des indicateurs s’inscrit dans la loi et affecte la vie des individus. En parallèle, la génération de données massives, résultats des traces laissées par les actions humaines dans les systèmes d’information et de gestion d’entreprises privées, et le développement des politiques de « données ouvertes » (open data) offrent de nombreuses opportunités économiques et statistiques mais soulèvent des inquiétudes quant au respect de la vie privée et de la propriété des données personnelles. Dans ces circonstances, qu’un mouvement politique et social « visant à la réappropriation [du] pouvoir émancipateur des statistiques » visse le jour, semble naturel et doit être pris en compte dans le questionnement historique sur le rôle des statistiques et des conditions de leur élaboration.

Appel à communications

15e Seminário Nacional de História da Ciência e da Tecnologia

Rio de Janeiro (Juillet 2017)

 Organisateurs

Alexandre de Paiva Rio Carmago, Instituto universitario de Pesquisas do Rio de Janeiro, Brésil.

Ute Schneider professeure d’histoire moderne université de Druisburg-Essen, Germany

Béatrice Touchelay  professeure d’histoire contemporaine université de Lille3-IRHiS, France

Statistique, croissance et développement

La session proposée prolonge des initiatives antérieures visant à constituer un réseau international et interdisciplinaire de chercheurs intéressés par les transformations de la statistique, de ses producteurs et de ses usages depuis le XVIIe siècle. Une session organisée au congrès international d’histoire économique de Kyoto (août 2015) visait à comparer les différentes formes d’institutionnalisation de la statistique en Asie, Amérique et Europe, un séminaire organisé à Lille (France) en janvier 2016 a permis de consolider une équipe et de s’accorder sur le principe de cette proposition de session au congrès d’histoire des sciences et des techniques de Rio de Janeiro afin de faire connaître et d’étoffer notre réseau et de réfléchir ensemble à la façon dont la statistique contribue à la croissance et au développement économique depuis la période moderne.

Il s’agit à la fois de croiser les expériences nationales, voire continentales, d’identifier les similarités et les différences, d’évaluer les porosités, les voies de passage entre les différents modèles statistiques, de préciser dans quelle mesure et à quelles conditions la statistique est, et a été, mise au service de l’amélioration des conditions de production et de la répartition, voire plus largement, du bien être des populations.

Les communications retenues devront permettre de couvrir un vaste champ géographique et chronologique et de disposer d’un panorama assez vaste pour discuter de l’unicité ou de la diversité de la statistique selon les configurations, l’idée étant de chercher à dégager des constantes dans les relations entre statistique, croissance et développement.  L’échelle retenue sera autant celle des continents, que celle des États et des parties prenantes publiques et privées de la statistique.

Quelques thématiques peuvent être suggérées, sans prétendre à aucune exhaustivité :

Comment la révolution probabiliste du XIXe siècle se diffuse t’elle aux différents continents ? En quoi modifie t’elle le rôle de la statistique dans l’industrialisation ? Comment l’affirmation des données multiples (big data) modifie t’elle les relations entre statistique et gouvernance ?

On pourra aussi s’interroger sur les motifs et les effets des différences entre les systèmes et outils statistiques entre pays et continents à partir de cas concrets. Les propositions abordant les sciences et les savoirs d´État (démographie, santé publique, sciences des territoires, indicateurs de production scientifique, etc.) qui permettent d’éclairer les mécanismes de la croissance ainsi que celles des jeunes chercheurs, historiens ou spécialistes d’autres sciences humaines et sociales seront également bienvenues.

Si vous souhaitez présenter une communication, un grand merci de nous faire parvenir (aux trois mails ci-dessous) pour le 30 mars 2016

– Un titre

– Un résumé d’une dizaine de lignes maximum

Ainsi que votre nom, statut, institution de rattachement et une brève notice biographique

Les communications seront limitées à 20 mn par personne pour laisser du temps à la discussion

alexandre.camargo.2009@gmail.com

ute.schneider@uni-due.de

beatrice.touchelay@free.fr

 

 

picto_chiffres copie

Appel à communications

Journée d’études (janvier 2017)

 Chiffres privés, chiffres publics.

Calculs, comptabilités, statistiques (XVIIIe-XXIe siècle)


Depuis trois ans, le séminaire « Chiffres privés, chiffres publics » organisé par des historiens modernistes et contemporanéistes – Fabien Cardoni (IGPDE-IDHE.S), Anne Conchon (Université Paris1-IDHE.S), Michel Margairaz (Université Paris1-IDHE.S), Béatrice Touchelay (Université Lille 3-IRHiS) – a été l’occasion d’entreprendre une réflexion sur le long terme et résolument interdisciplinaire à la croisée des sciences de gestion, de la sociologie, des sciences politiques, de l’économie, de la statistique, du droit et de l’histoire.

La journée d’études prévue a vocation à prolonger ce cycle de séminaires autour de la question de l’histoire de l’élaboration, de la construction et des usages des chiffres privés et publics dans leurs interrelations sur la longue durée, de l’époque moderne à la période contemporaine. L’interrogation porte sur les relations réciproques entre les chiffres émanant d’acteurs privés et les chiffres d’origine ou de diffusion publique. Cela inclut en particulier les multiples formes de transferts ou de circulation entre sphère publique et sphère privée, qu’il s’agisse de la manière dont les acteurs privés rendent (partiellement, sélectivement ou totalement) publics des chiffres élaborés dans un cadre privé ou à l’inverse, des modalités de réemploi des chiffres de source privée par des acteurs publics.

Sont également à envisager la définition des normes comptables (privées, publiques ou nationales), la mise en place de la statistique comme instrument du/des pouvoir(s), les modalités et les effets de la révolution probabiliste du XIXe siècle, puis celle de l’intrusion des données multiples un siècle plus tard sur les usages de la comptabilité et de la statistique. Est en outre à étudier l’histoire des institutions (publiques et privées) des acteurs et des parties prenantes (négociants, banquiers, industriels, experts, comptables, statisticiens, fonctionnaires…) impliqués dans la production, l’utilisation et la diffusion des chiffres. La politique fiscale, lorsqu’elle dicte ses règles aux comptabilités privées, est une autre piste de réflexion. Il s’agit aussi d’analyser les indicateurs de performance, les classements qu’ils autorisent ou encore le management par les chiffres, ainsi que les positions des différents acteurs économiques, sociaux, politiques ou experts sur ces questions.

Les propositions de communication (de 300 à 400 mots en précisant un titre, votre nom, votre affiliation académique et votre adresse électronique) doivent veiller à comparer les dimensions publique et privée de leur objet et/ou à définir l’articulation entre les chiffres privés et publics, la publicité éventuelle des chiffres privés ou encore la privatisation de chiffres publics.

La journée d’étude se tiendra durant la deuxième quinzaine de janvier 2017 à l’université Paris1 Panthéon Sorbonne.

Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être présentées en français ou en anglais et feront l’objet d’une publication ultérieure.

Ces propositions sont à adresser avant le 15 avril 2016 à :

chiffres-prives-publics.igpde@finances.gouv.fr

A noter la séance du séminaire “Histoire des sciences, histoire de l’innovation”

Jean-François Dunyach, Université Paris-Sorbonne

William Playfair (1759-1823), le chiffre et la forme. Petite histoire de la naissance et de la diffusion des représentations statistiques (c. 1780 – c.1820)

4 février 2016, 17 à 19h

ISCC (Institut des sciences de la communication)

“William Playfair (1759-1823), le chiffre et la forme. Petite histoire de la naissance et de la diffusion des représentations statistiques (c. 1780 – c.1820)”, Jean-François Dunyach

 

« De la légitimité des normes comptables : qui évalue, qui valide, avec qui et comment ? »

Journée d’étude

16 octobre 2015

Centre de conférences de Bercy

Salle 1

139, rue de Bercy

75012 Paris

Autorité des Normes Comptables

Rouba Chantiri et Béatrice Touchelay

Si en France la généralisation de la terminologie comptable aux entreprises s’effectue sous l’égide de l’Etat, qui confie cette tâche à des institutions définissant le Plan comptable général, la situation n’est pas la même partout. Dans le monde Anglo-saxon, les professionnels de la comptabilité jouent un rôle beaucoup plus important dans la définition, dans la diffusion et dans la validation des normes comptables. Aujourd’hui, une partie de ces normes, les normes comptables internationales, échappe à la fois aux Etats et aux professionnels puisqu’elles proviennent d’institutions privées et seuls quelques initiés interviennent dans leur définition et maitrisent leurs usages. Les objectifs et les modalités de la production, de la diffusion et de l’évaluation des normes comptables diffèrent donc selon les configurations historiques. La légitimité de la norme, ce qui la rend nécessaire et durable, la satisfaction de ses utilisateurs (entreprises, fisc, salariés, partenaires de l’entreprise, comptables privés et nationaux, juristes, etc.), sa capacité à guider l’action et sa reconnaissance par les différents usagers diffère également.

Comment évaluer cette légitimité ? Dans quelle mesure une norme comptable peut elle ne pas être légitime ? Quels sont les signes de son succès ? Qui les définit, qui les valide et suivant quels critères? Que faut il entendre par ‘satisfaction des usagers’ ? La diffusion d’une norme est-elle le signe de sa pertinence de son efficacité ? Qu’est-ce qu’une norme efficace ? Dans quelle mesure peut-elle être contestée, par qui et pourquoi ? Quels sont les critères permettant d’évaluer ces normes ? Dans quelle mesure leur opacité n’est elle pas dangereuse pour la démocratie ? Pour l‘information des salariés ? Une norme qui ne serait comprise et utilisée que par un petit cercle d’initiés est-elle légitime ? Une partie des difficultés actuelles à punir le délit de fraude fiscale ne vient elle pas des capacités de la norme à s’adapter aux transformations des systèmes fiscaux ? La norme reste t-elle légitime si elle sert certains intérêts au dépends des autres ?

Autant de questions auxquelles cette journée souhaite apporter des débuts de réponses, en réunissant des chercheurs et des praticiens, utilisateurs, producteurs, évaluateurs ou simples observateurs des normes comptables. Il s’agira de préciser les critiques et les résistances suscitées par les normes comptables, de présenter les institutions qui les produisent et celles qui les légitiment, afin de réfléchir collectivement à l’idéologie qu’elles véhiculent, aux intérêts qu’elles servent et d’envisager ensemble des améliorations. Resituée dans une perspective historique, la question de l’évaluation des normes comptables conduit aussi à préciser les transformations de ses usages, celles de ses usagers et de ses producteurs  et ce faisant, à aborder l’histoire de la comptabilité et du droit, celle de l’entreprise, de l’Etat comme acteur économique et social, et plus largement, celle du capitalisme de la période contemporaine.

Pour la période contemporaine, la légitimation des normes comptables par le droit et par les institutions ; sa validation par les usages (nationaux et internationaux) et par les usagers … l’influence de la conjoncture économique et politiques sur leur capacité à guider l’action, sont autant de thèmes que nous souhaitons voir aborder.

 

 

Programme (quelques modifications mineures peuvent encore intervenir mais qui ne bouleverseront pas l’organisation de la journée)

9h-9h20 Introduction, Rouba Chantiri et Béatrice Touchelay, Présentation du programme de recherche dans lequel s’inscrit cette journée

Une entrée par l’histoire

9h20-10h Didier Bensadon, université Paris Dauphine, « Processus de  légitimation de la norme comptable au CNC  à fin des années 1960 : les cas des comptes de groupes »

10h-10h40 Oussama Ouremmi, ISG Paris, « Les procédures de normalisation dans les commissions (1941-1946) »

10h40-11h20 Fabrice Bardet, directeur de recherches au laboratoire EVS-RIVES de l’ENTPE, université de Lyon, « Les mutations de la foi dans les chiffres : quand les comptables contestent la place des ingénieurs dans la gouvernance des sociétés »

Pause 11h20 – 11h30

Une entrée par le droit et à l’échelle internationale

11h30-12h10 Lambert JERMAN, HEC Montréal, « De l’impossible discussion de la légitimité des IFRS par leurs effets, à la nécessaire étude de leur mise en œuvre dans les organisations »

12h10-12h50 Yvonne Muller, co-directrice du Centre de droit pénal et de criminologie, université Paris Ouest Nanterre, « Les normes comptables internationales sont-elles au service de l’intérêt général ? »

Déjeuner

14h-14h40 Alain Burlaud, CNAM, Bernard Colasse, Paris Dauphine, « Normalisation comptable internationale : crise de légitimité et retour du politique ? »

14h40-15h20 Table ronde. De la légitimation des normes comptables, modératrices B Touchelay R Chantiri

Yuri Biondi (à confirmer), Cnrs – ESCP Europe, Les débat en cours entre le Parlement et la Commission Européenne

Danièle Fraboulet, historienne université Paris 13, Le patronat et la légitimation des normes comptables

Christian Hoarau, CNAM, Les institutions de la normalisation

Place aux Grands témoins

15h20-16h Michel Prada, Président du Conseil de Normalisation des Comptes Publics (CNOCP), président de la Fondation IFRS, ministère des Finances et des Comptes Publics

16h-16h40 Patrick de Cambourg, Président de l’Autorité des Normes Comptables

16h40-17h Conclusion et perspectives

 

(Les communications seront enregistrées et pourront faire l’objet d’une publication si leurs auteurs le souhaitent ; à l’exception de la table ronde et des grands témoins, chaque intervenant dispose de 40 min, une présentation de 20-25 min suivie d’une discussion est sans doute un bon compromis, nous ne pourrons pas dépasser la durée impartie à chacun)

Entrée libre mais inscription obligatoire auprès de B. Touchelay par mail deux jours maximum avant le 16 car les entrées à Bercy sont contrôlées…n’oubliez pas d’apporter une pièce d’identité, elle vous sera nécessaire pour entrer

Renseignements complémentaires : beatrice.touchelay[at]free.fr

 

 

L’argumentation statistique à l’heure du doute. Séminaire, MESHS Lille, 7 avril 2014

Lundi 7 avril 2014 à 14h, séminaire ADA-STAT, 1re journée d’études de 2014 : « L’argumentation statistique à l’heure du doute. Construction, usages et limites » organisé par Florence Jany-Catrice (Lille1, Clersé) et Béatrice Touchelay (Lille1, IRHiS) « Atelier : Clinique statistique »

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société

2 rue des Canonniers 59000 Lille

salle 1

Progr_sém_ADA_STAT

affiche_sém_ADA_STAT

Alain Desrosières et l’argument statistique. 28 mars 2014

Le groupe « Histoire de la Statistique » de la Société Française de Statistique (www.sfds.asso.fr ) vous invite à une Journée d’hommages et de rencontres autour de

Alain Desrosières et l’argument statistique

Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris

11 rue Pierre & Marie Curie, 75005 PARIS

Amphithéâtre Moissan

Le Vendredi 28 mars 2013

 

Alain Desrosières nous a quittés le 15 février 2013. Il représentait pour les uns un ami, pour les autres un collègue des plus charmants et pour beaucoup un formidable analyseur des dimensions sociopolitiques de la Statistique et plus généralement de la quantification. Cette réunion vise à lui rendre hommage, en discutant les multiples propositions théoriques qu’il avait dispersé dans un grand nombre de publications – plus d’une centaines d’articles, deux ouvrages fondateurs Les catégories professionnelles, 1988, avec Thévenot et la Politique des grands nombres, 1993 et 2000, première publication française d’ampleur sur l’histoire de la Statistique, auxquels il faut ajouter les deux recueils d’articles publiés aux éditions des Mines en 2008 sous le titre l’argument statistique. Un troisième recueil d’articles, édité par Emmanuel Didier à titre posthume, complétera l’œuvre publiée, tandis que d’autres ouvrages en projet  prévoient de lui rendre hommage (voir ci-dessous).

 

Programme

9h30 : Michel Armatte : Introduction aux travaux d’Alain Desrosières

10h : Emmanuel Didier : présentation de l’ouvrage posthume de A. Desrosières  Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, La Découverte, 2014.

10h30 Luc Boltanski : titre à confirmer

11h : Pause café

11h30 : Ted Porter : The political economy of numbers and statistics. A particular strength of Alain Desrosières historical and sociological work”

12h : Jean Pierre Beaud : Controverses et crises; comment penser le changement dans les systèmes statistiques

            12h30 : déjeuner à la cafétéria ou à l’extérieur

14h : Béatrice Touchelay : présentation d’un ouvrage collectif «De la politique des grands nombres à la politique du chiffre »

14h30 : Fabrice Bardet : Tirer les leçons de l’histoire de la « Révolution probabiliste ». L’école Alain Desrosières

            15h Pause café   

15h30 : Martine Mespoulet : Un statisticien sociologue de la stratification sociale en Hongrie : Rudolf Andorka (1931-1997)

16h : Cécile Brousse : Compter les sans abris en Europe : comparer avant d’harmoniser

16h30 : Jean Jacques Droesbeke : conclusions provisoires.