Archives pour la catégorie Comptes rendus de séances

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 24 du séminaire le 12 mai 2016

Les controverses statistiques : à propos des récents recensements démographiques au Canada et des débats sur l’indice des prix à la consommation argentin

Jean-Pierre Beaud (Université du Québec, Montréal)

Jean-Pierre Beaud a, durant cette séance, cherché à comprendre pourquoi les méthodes statistiques ne prêtent pas plus souvent à controverses et pourquoi ces dernières n’impliquent généralement que des experts. Afin de répondre, il a analysé deux controverses récentes, une close, l’autre en cours.

Le Canada, suite à la décision du gouvernement conservateur Harper, a vu en 2010 le remplacement du questionnaire long et obligatoire de recensement (quinquennal) de la population par un questionnaire de douze questions facultatif. Les universitaires du pays quasi unanimes, des partis politiques et des représentants des églises, entre autres, ont protesté contre ce changement qui, tout en appauvrissant le recueil de données, n’entraînerait pas nécessairement des économies budgétaires. Le gouvernement Trudeau, nommé en novembre 2015, est revenu sur cette décision.

En Argentine, à la suite de la crise de 2000-2001, l’Instituto nacional de estadisticas y censos (Indec) a subi des pressions du gouvernement péroniste Kirchner pour minorer le rythme de l’inflation. Le gouvernement a congédié des cadres réticents de l’Indec, qui a perdu toute crédibilité nationale et internationale. Un nouvel indice des prix est à reconstruire. La querelle actuelle, sous le nouveau gouvernement libéral Macri, porte sur le temps nécessaire à son établissement.

Ces deux exemples illustrent l’actualité des questions portant sur la pertinence et l’indépendance politique (selon les termes d’Ivan P. Fellegi) des statistiques construites par des scientifiques en même temps agents de l’État. Ces deux cas rappellent en outre que les mesures et les conventions statistiques font l’objet de redéfinitions réciproques et permanentes qui sont rarement discutées démocratiquement.

En conclusion, Jean-Pierre Beaud a listé les causes qui expliquent la rareté de controverses publiques et démocratiques sur les cadres statistiques : technicité du sujet et complexité scientifique dans l’esprit du public qui provoque son désintérêt, confidentialité parfois nécessaire de la fabrication des chiffres, pression politique efficace sur les fonctionnaires.

L’intervenant estime néanmoins que ces débats vont se multiplier dans un monde néo-libéral en raison du développement de normes statistiques internationales, d’une demande citoyenne de transparence, d’une peur latente du big brother, de la généralisation des évaluations des politiques publiques, de la montée en puissance des mouvements identitaires, de l’extension des actions de discrimination positive et d’une maîtrise largement répandue des outils informatiques et d’information.

Jean-Pierre Beaud décèle enfin depuis la fin des années 1990 une modification des rapports entre producteurs et utilisateurs des statistiques par une réduction de la distance entre la statistique et le politique.

picto_chiffres copie

Compte rendu de la séance 23 du séminaire le 7 avril 2016

La construction sociale de la race et de l’ethnicité par les chiffres aux États-Unis : statistiques publiques et marchés

Paul Schor (Université de Paris7)

Paul Schor a présenté un exposé issu de son livre Compter et classer. Histoire des recensements américains et de recherches en cours. Il a développé la question de l’usage des données démographiques et économiques dans le but d’intéresser les acteurs économiques au marché que représentent les Noirs américains de la classe moyenne et d’intégrer au marché des groupes perçus comme marginaux.

Pour ce faire et en préalable, il a succinctement rappelé l’historicité des concepts de race et d’ethnicité dans les statistiques américaines. Le recensement est, aux États-Unis, une obligation constitutionnelle qui a, dès l’origine, la double fonction de permettre de définir les circonscriptions électorales et de répartir les contributions étatiques au budget fédéral. Depuis, toutes les statistiques sont codées selon la race.

Dans les années 1920, des études s’intéressent à la manière dont les Noirs dépensent leur argent. Dans les années 1930, les statistiques doivent en outre aider au développement économique. Ainsi, une section des statistiques des Noirs est créée au sein du bureau du Recensement afin de faire comprendre les enjeux du recensement aux chambres de commerce de Noirs. L’accès à la société de consommation, qui passe par la connaissance des conditions de vie des Noirs américains, est le corollaire de la lutte pour l’égalité et les droits civiques. Documenter leur pouvoir d’achat et leur consommation vise à convaincre par les chiffres que leur inclusion est souhaitable pour le commerce.

De plus, Paul Schor a détaillé une vaste double enquête anthropométrique portant sur les femmes et les enfants, afin d’établir des standards de taille pour l’industrie textile. Les Noirs en sont alors exclus.

Dans les années 1940, le marketing à destination de la population des Noirs se spécialise, à la fois pour les faire consommer plus mais également pour conserver les consommateurs blancs qui refusent d’acheter des produits non différenciés.

Enfin, des agents du département de l’Agriculture ont sillonné les campagnes afin d’augmenter la productivité des agriculteurs noirs propriétaires (utilisation d’engrais, accès au crédit, diversification agricole…). Cependant, le programme est victime de son succès et arrêté car le désendettement des fermiers noirs crée des tensions politiques dans le cadre de la ségrégation.

Bibliographie sélective :

– Paul Schor, Compter et classer. Histoire des recensements américains, Paris, Édition de l’EHESS, 2009

– Paul Schor et Nicolas Barreyre, De l’émancipation à la ségrégation. Le Sud des États-Unis après la guerre de Sécession (1865-1896), Paris, PUF, 2009.

– Photographies sur les conditions de vie des noirs américains présentées par W.E.B. Du Bois à l’exposition universelle de Paris en 1900

https://www.loc.gov/collections/african-american-photographs-1900-paris-exposition/about-this-collection/

picto_chiffres copie

Compte rendu de la séance 22 du séminaire le 17 mars 2016

Sociologie et comptabilité. Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise des années 1990

Corine Eyraud (Université d’Aix-Marseille)

Corine Eyraud a, dans une première partie, expliqué le système comptable d’avant la réforme de la comptabilité des entreprises d’État chinoises de 1993.

Ces entreprises utilisent des crédits affectés par le budget de l’État et leur comptabilité est intégrée au budget de l’État. La balance des fonds constitue le document essentiel qui détaille les fonds fixes, circulants et spéciaux. Ces entités étatiques gèrent non seulement les moyens de production stricto sensu mais également les logements des employés, les crèches, les dispensaires, les pensions de leurs retraités…

Avant 1993, le bureau de la Statistique et le ministère des Finances fixent les cadres comptables des entreprises avec pour principale finalité d’élaborer la planification et de vérifier le respect de celle-ci au niveau microéconomique. Les banques, elles, tiennent les comptes des entreprises et font office de direction financière.

Les cadres comptables sont spécifiques à chaque secteur et même sous-secteur économique.

En 1993 de nouveaux règlements comptables entrent en vigueur, la Banque mondiale a accordé un prêt à la Chine pour l’élaboration de cette réforme à condition qu’elle accepte un grand cabinet international comme conseiller auprès du ministère des Finances. Les objectifs de la comptabilité des entreprises étatiques changent à des fins de contrôle macroéconomique, de gestion microéconomique et de reddition de comptes à des partenaires extérieurs. La comptabilité analytique reste un document interne à l’entreprise. On observe un début d’harmonisation des systèmes comptables sectoriels.

Des comptabilités patrimoniale et de résultats se mettent en place, reflet d’une volonté d’externaliser les immobilisations non professionnelles (précédemment citées) et d’étatiser certains coûts (assurances maladie, chômage, retraite) ou de les municipaliser (crèches, écoles…). Au début des années 2000, un plan comptable général est en cours d’unification.

Cette réforme comptable implique une nouvelle gestion du monde économique, un changement de l’identité et de la fonction sociale des entreprises concernées, et au final une réforme de société.

Les conséquences de la comptabilité nouvelle se font notamment ressentir dans les rapports des entreprises avec leurs banques (prêts), dans la possibilité de mises en faillite et de licenciements aménagés (préretraités, « descendus de poste » c’est-à-dire payés par l’entreprise mais peu ou pas employés).

Corine Eyraud conclut que la comptabilité, dans ce cas comme dans d’autres, reflète des enjeux sociaux, véhicule des représentations de la réalité économique, façonne l’histoire des entreprises, s’intègre et participe à un mode de régulation sociale.

Références bibliographiques :

Corine EYRAUD, L’entreprise d’État chinoise : de « l’institution sociale totale » vers l’entité économique ?, Paris, L’Harmattan, 1999, 397 p.

Corine EYRAUD, « Pour une approche sociologique de la comptabilité – Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise », Sociologie du travail, 2003, n° 4, pp. 491-508

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 21 du séminaire le 4 février 2016

Chiffres publics et publicité du chiffre : enjeux et moyens de la production et de la diffusion d’un discours quantifié sur l’économie socialiste au Conseil d’assistance économique mutuelle

Simon Godard (Université de Paris1)

 Simon Godard a, en préalable, expliqué que la distinction public-privé a en grande partie disparu dans le monde communiste au sens où l’espace public, fait de débats démocratiques, est inexistant. Dans ce contexte, il est attribué aux chiffres d’autres signifiants et usages que ceux liés à des arguments de confrontation.

Dans son exposé, Simon Godard s’appuie essentiellement sur l’expérience du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM) et explique la double dimension publique des chiffres qu’il présente, à la fois rendus internationalement publics et sources d’une propagande pour les masses.

 Dans un premier temps, l’intervenant a détaillé les paradoxes des chiffres du monde communiste. En effet, il existe de multiples producteurs de chiffres dans le bloc de l’Est, qui les utilisent à des fins de mobilisation des populations. Le système de mesures mis en place unifie et, dans le même temps, isole les pays communistes. Le secret entourant certains chiffres – les valeurs réelles de l’économie – coexiste aussi avec l’affichage, sous divers formats (documents administratifs techniques, mais aussi affiches et mêmes chansons), des objectifs chiffrés, de la planification notamment. Enfin, alors que le CAEM œuvre à compter des années 1970 pour une plus grande comparabilité des statistiques économiques de ses États membres avec les données produites à l’Ouest, il lui est interdit de poursuivre ce travail dès lors (dans la seconde moitié des années 1980) qu’il apparaît que la comparaison rejette l’Est dans la catégorie du « sous-développement ».

 Dans un deuxième temps, Simon Godard a mis l’accent sur le rôle du CAEM dans la circulation internationale des chiffres sur l’économie. Le CAEM, créé en 1949, ne coordonne que tardivement (dès 1965 mais essentiellement après 1975) la préparation des plans, et l’idée de plans transnationaux socialistes est rejetée au milieu des années 1960. Le CAEM, qui est totalement dépendant des organismes nationaux de collecte de données mais qui cherche à s’autonomiser au sein de l’appareil étatique russe, publie, en langues étrangères, des chiffres invérifiables tant par lui que par ses destinataires occidentaux ou du « Tiers-Monde ». Ces éléments chiffrés doivent attester de la solidarité du bloc communiste, du dynamisme de son économie et de la force du monde socialiste face aux économies capitalistes.

 Au final, s’il existe derrière le Rideau de fer une réflexion poussée sur la quantification (de la production mais aussi des indicateurs sociaux) et sur la comparabilité des données internationales (intra-Bloc et avec celles de l’Ouest), Simon Godard a présenté une situation paradoxale dans laquelle publicité de pléthore de chiffres ne signifie pas fiabilité et véracité de la mesure, dans laquelle l’usage du chiffre est détourné à des fins idéologiques, et dans laquelle la valeur symbolique et mobilisatrice du chiffre mis en avant est plus importante que sa construction scientifique. Enfin, la controverse chiffrée n’a pas sa place dans un monde où règne néanmoins une forme particulière de gouvernance par les chiffres.

picto_chiffres copieBibliographie sommaire de la séance 21

Chiffres publics et publicité du chiffre : enjeux et moyens de la production et de la diffusion d’un discours quantifié sur l’économie socialiste au Conseil d’assistance économique mutuelle

Simon Godard (Université de Paris1)

Paul Bacot, Dominique Desmarchelier, Sylvianne Rémi-Giraud, « Le langage des chiffres en politique », Mots. Les langages du politique, 2012/3, n°100, p. 5-14

Wlodzimierz Brus, Histoire économique de l’Europe de l’Est (1945-1985), Paris, La Découverte, 1986

Martin Dangerfield, « Sozialistische Ökonomische Integration. Der Rat für gegenseitige Wirtschaftshilfe (RGW) », dans Bernd Greiner, Christian Müller, Claudia Weber (éd.), Ökonomie im Kalten Krieg, Studien zum Kalten Krieg, Band 4, Hambourg, Hamburger Édition, 2010, p. 348-369

Simon Godard, « Construire le bloc de l’Est par l’économie ? La délicate émergence d’une solidarité internationale socialiste au Conseil d’aide économique mutuelle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2011/1, n° 109, p. 45-58

Simon Godard, « Une seule façon d’être communiste ? L’internationalisme dans les parcours biographiques au CAEM », Critique internationale, 2015/1, n° 66, p. 69-83

Giovanni Graziani, Comecon, domination et dépendances, Paris, Maspero, 1982

Suvi Kansikas, Socialist Countries Face the European Community. Soviet-Bloc Controversies over East-West Trade, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2014

Françoise Lemoine, Le Comecon, Paris, PUF, 1982

Bernard Maris (dir.), « La légitimation des discours économiques », Sciences de la société, n° 55, février 2002, p. 3-6

Sophie Saulnier, « Arithmétique” politique et bataille de(s) chiffres », Mots. Les langages du politique, 2012/3, n° 100, p. 15-29

Randall W. Stone, Satellites and Commissars. Strategy and Conflict in the Politics of Soviet-Bloc Trade, Princeton, Princeton University Press, 1996

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 20 du séminaire le 14 janvier 2016

Enquêter sur les conceptions des femmes polonaises : les difficiles calculs des démographes polonais de l’entre-deux-guerres

Morgane Labbé (École des hautes études en sciences sociales)

 Morgane Labbé a présenté le fruit d’une recherche en cours sur les acteurs des études démographiques en Pologne dans l’entre-deux-guerres.

Dans un premier temps, elle a en particulier retracé l’histoire de l’Institut polonais des études sur les questions de population. Sa création en 1931 s’inscrit à la fois dans une tradition polonaise d’enquêtes qualitatives et quantitatives sur les populations, et dans un contexte de vifs débats scientifiques internationaux sur les méthodes en démographie, notamment au sein de l’Union internationale pour les études scientifiques des problèmes de population lancée en 1928 à l’initiative de l’Américain Raymond Pearl. L’Institut, à l’opposé d’un courant malthusien supposant une surpopulation source de pauvreté et de troubles sociaux, fait l’hypothèse d’une baisse de la natalité dans la Pologne de l’après-guerre. Afin de la démontrer et aussi afin de montrer à la communauté internationale ses compétences professionnelles, l’Institut lance une étude sur des groupes homogènes jugés représentatifs, faute de moyens pour réaliser une grande enquête nationale.

Dans un deuxième temps, Morgane Labbé a détaillé cette enquête de 1932-1933 qui comporte trois volets. Le premier est une enquête quantitative sur le nombre d’enfants par famille dans les groupes retenus. Le deuxième est une étude de la limitation volontaire des naissances dans les familles de médecins polonais. Le troisième est une enquête qualitative sur les pratiques contraceptives, utilisant les médecins comme enquêteurs. Les principaux résultats de ces questionnements sont, d’une part qu’il existe des écarts énormes de taux de natalité au sein de la population polonaise et, d’autre part, que ce pays est en transition vers une natalité moins élevée.

Morgane Labbé conclut à un demi-échec de cette enquête dont le taux de réponse est faible et dont les résultats chiffrés, rendus publics car publiés en Pologne et dans des revues internationales, peuvent prêter à circonspection. La méthodologie employée (absences de codage et d’échantillonnage notamment), malgré un scientisme affiché, affaiblit également la crédibilité des conclusions avancées.

Référence bibliographique

Morgane Labbé, « Reproduction” as a new demographic issue in Interwar Poland », dans Heinrich Hartmann et Corinna R. Unger (dir.), A World of Populations : the Production, Transfer, and Application of Demographic Knowledge in the Twentieth Century in Transnational Perspective, Berghahn Books, 2014, pp. 36-57

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 19 du séminaire le 3 décembre 2015

Quand la monnaie ne sert pas à compter

Jean-Michel Servet (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève)

En préalable et à propos de la thématique du séminaire, Jean-Michel Servet a souligné l’importance, entre les champs privé et public, de la catégorie des communs, dont la monnaie peut faire partie. Il présente la monnaie comme un élément universellement partagé par les sociétés. Elle se définit par deux dimensions. En premier lieu, la monnaie permet la liquidité, la fluidité des échanges nécessaire au fonctionnement d’une société. En second lieu, la monnaie est ce qui ordonne certaines valeurs d’une société.

Dans une première partie, à l’aide de nombreux exemples, Jean-Michel Servet réfute la vision fonctionnelle de la monnaie qui chosifie la réalité des relations humaines. La monnaie est avant tout un lien social. Le prix supposé objectif d’un bien ou d’un service fixé grâce à la monnaie occulte le fait que le prix sanctionne des rapports sociaux. Nous pensons le « prix d’une chose » parce que nous présumons, dans l’ordre économique, l’égalité des contractants.

Dans une seconde partie, l’intervenant explique que la monnaie permet de hiérarchiser les rapports sociaux et les valeurs morales. En effet, avec des monnaies plurielles et cloisonnées, ce système de « valeurs » est tangible. Ces monnaies ne sont pas des contreparties mais des moyens de mettre en relations et de situer ces relations dans le système de « valeurs ». Pour le montrer, Jean-Michel Servet multiplie les références étymologiques qui rappellent l’idée d’interdépendances que la monnaie matérialise.

picto_chiffres copie

Bibliographie sommaire de la séance 19

Quand la monnaie ne sert pas à compter par Jean-Michel Servet (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève)

Jean-Michel Servet, « Monnaie : quand la dette occulte le partage », Revue française de socio-économie, 2e semestre 2013, 12, p. 125-147

 Jean-Michel Servet, Les monnaies du lien, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012, 460 p.

 Jean-Michel Servet, « Toward an alternative economy : Reconsidering the market, money, and value », dans Chris Hann, Keith Hart (dir.), Market and Society. The Great Transformation Today, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 72-90

Dernières publications de Jean-Michel Servet :

J.-M. Servet, La vraie révolution du microcrédit, Paris, Odile Jacob, 2015, 256 p. http://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/economie-et-finance/vraie-revolution-du-microcredit_9782738132468.php

Isabelle Hillenkamp, J.-M. Servet (dir.), Le marché autrement. Marchés réels et marché fantasmé, Paris, Classiques Garnier, 2015, 302 p.

http://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?option=com_virtuemart&page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=1845&vmcchk=1&Itemid=1

I. Guérin, M. Labie, J.-M. Servet (dir.), The Crises of Microcredit, Londres-New York, Zed Books, 2015  http://press.uchicago.edu/ucp/books/book/distributed/C/bo22556417.html

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 18 du séminaire le 5 novembre 2015

Les nouveaux « chiffres politiques » : une comparaison entre l’Allemagne et la France au XVIIIe siècle

Lars Behrisch (Université d’Utrecht)

 Lars Behrisch cherche à comprendre pourquoi, soudainement, durant la seconde partie du XVIIIe siècle – et plus précisément après la guerre de Sept ans (1756-1763) –, un nouveau type de statistique (chiffrée) a connu un tel essor, parallèlement en France et en Allemagne, dans le champ politique.

 Après avoir expliqué les raisons des lacunes historiographiques sur ce sujet, Lars Behrisch a, dans une première partie, discuter les causes de l’engouement pour cette statistique mathématisée. En premier lieu, le contexte d’une révolution scientifique engagée depuis le XVIIe siècle et durant laquelle sont nées l’arithmétique et l’économie politiques, conjugué à une compétition militaire accrue entre États européens qui induit une conscription et une imposition plus vastes, favorise la prise de conscience par les gouvernements et les administrateurs locaux de l’utilité des dénombrements (des personnes et des ressources). La nécessité de relancer une économie affaiblie par la guerre de Sept ans ainsi que les théories physiocratiques et caméralistes constituent deux autres facteurs décisifs du développement statistique en Europe.

 Dans une seconde partie, Lars Behrisch a développé plusieurs études de cas situés dans l’Empire et dans le royaume de France. Un intendant du comté de Lippe, une petite principauté de l’Empire où se développe la production de lin, comptabilise ainsi les métiers à tisser en lien avec la densité de la population et l’importance du cheptel, afin d’en déduire les conditions de la « félicité publique », idée répandue par les Lumières. Dans la généralité de Riom, la série des « États des récoltes » réalisée durant les dernières années de l’Ancien Régime montre le perfectionnement et l’homogénéisation progressifs des données sur la production agricole. Enfin, le travail méticuleux d’un subdélégué de Lons-le-Saulnier en 1770 illustre, lui aussi, cette précision croissante des collectes statistiques encouragées par la monarchie, qui ne réussira pas cependant à recueillir ces « chiffres politiques » dans tout le royaume.

picto_chiffres copieBibliographie de la séance 18

Les nouveaux « chiffres politiques » : une comparaison entre l’Allemagne et la France au XVIIIe siècle par Lars Behrisch (Université d’Utrecht)

Publications de Lars Behrisch :

– (avec Christian Fieseler)‚ « Statistics and Cartography », dans History of Cartography, vol. 4 (à paraître en 2016)

– « Statistics and politics in the 18th century », Historical Social Research, numéro spécial : Conventions and quantification in economy, politics and statistics. Historical perspectives (à paraître fin 2015)

– « Political Economy and Statistics in the Late Ancien Régime », dans Willibald Steinmetz, Ingrid Gilcher-Holtey, Heinz-Gerhard Haupt (dir.), Writing Political History Today, Francfort-New York, a.M.-Campus, 2013

– « Des chiffres politiques” : La statistique, dispositif politique et activité pratique au XVIIIe siècle », dans Pascal Laborier et al. (dir.), Les sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Paris, PUF, 2011

– « Agrarian Statistics in late Ancien Régime France and Germany », dans Nadine Vivier (dir.), The State and Rural Societies. Policy and Education in Europe 1750-2000, Turnhout, Brepols, 2008

– (avec Christian Fieseler et Florence Rougerie), « Les cartes chiffrées : l’argument de la superficie à la fin de l’Ancien Régime en Allemagne », Genèses, n° 68 : Gouverner par les cartes, 2007

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 17 du séminaire le 8 octobre 2015

Chiffres publics et privés dans les statistiques italiennes de l’émigration des années 1860 aux années 1920

Caroline Douki (Université Paris8 – UMR 8533 IDHES)

 En introduction, Caroline Douki a rappelé les enjeux politiques et économiques, pour les acteurs privés et publics italiens, à partir des années 1860 et donc durant la phase d’intégration unitaire du pays, de la mesure (en nombre et par répartition géographique) de l’émigration italienne. Couvrant les années 1860 et 1920, son étude permet de périodiser la coproduction publique-privée qui singularise les statistiques de l’émigration italienne.

 La première partie de son exposé explore une période allant des années 1860 à la fin du XIXe siècle qui est caractérisée par un combat par l’État pour le monopole de la statistique migratoire. En effet, les intérêts privés (armateurs surtout, industriels…), divisés entre pro- et anti-émigration, soutiennent les premiers des travaux statistiques, très variés dans leurs méthodes, lacunaires dans leurs résultats et le plus souvent très orientés. Les statistiques provenant des États-Unis et celles publiées dans les bulletins consulaires italiens ne pallient pas totalement le manque d’informations fiables.

En outre, le jeune État italien se doit de connaître les mouvements migratoires afin de mesurer les conséquences des disparités interrégionales, de donner à la nation une image unitaire de sa population et de renforcer son poids dans les relations internationales. En conséquence, alors que Luigi Bodio se trouve à la tête de la direction générale de la Statistique (DGS, organe placé au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce), est créée en 1876 une statistique publique et officielle de l’émigration italienne. Celle-ci est organisée en relation avec les débats internationaux de l’époque en méthodologie statistique, dont Bodio est par ailleurs un animateur majeur. Les obstacles administratifs voire cognitifs (par exemple au niveau de certains personnels municipaux en charge de la collecte de ces renseignements statistiques) et les défauts méthodologiques (calculs à partir des demandes de passeport et non à partir des mouvements réels d’expatriation) nuisent cependant à la validité des résultats rassemblés au niveau national.

 La deuxième période distinguée, des années 1900 aux années 1920, est marquée par le perfectionnement du regard statistique étatique, notamment en raison de la prise de conscience des enjeux financiers représentés par les remises des migrants à leurs proches restés en Italie, mais en raison aussi de la grande fragilité des populations du Sud de l’Italie qui, à leur tour, émigrent en masse (l’Italie dénombre une moyenne d’un million d’émigrants par an dans les années 1910).

Ces améliorations tiennent aussi à la concurrence exacerbée entre les acteurs publics de la statistique migratoire. En effet, les retours financiers sont désormais plus bancarisés ce qui offre au Trésor des données plus complètes sur ce phénomène. Surtout, un Commissariat général à l’émigration (CGE, dépendant du ministère des Affaires étrangères et dirigé à sa création par Luigi Bodio) est créé en 1901 pour parer aux insuffisances des données fournies par la DGS. Il produit ses propres statistiques sur les mouvements de départ et de retours entre l’Italie et les Amériques en utilisant ses fonctionnaires présents sur le terrain pour dénombrer les mouvements de personnes (inspecteurs de l’émigration présents dans les ports, commissaires de bord présent sur les paquebots) ou les données privées fournies par les compagnies maritimes. Cette multiplicité des sources statistiques publiques migratoires perdure jusqu’au milieu des années 1920.

 Les années 1920 voient, d’une part, la généralisation des passeports pour les personnes qui migrent vers d’autres continents mais aussi pour les mouvements transfrontaliers européens, ce qui rend les repérages statistiques fondés sur les passeports plus complets et plus fiables. Elles correspondent, d’autre part, à une nouvelle phase dans l’effort de coordination internationale des statistiques de migrations, notamment avec le Bureau international du travail : dans cette nouvelle donne, l’appareil statistique migratoire qu’avait mis en place l’Italie apparaît alors comme l’un des plus avancés dans ce domaine.

picto_chiffres copie

Chiffres publics et privés dans les statistiques italiennes de l’émigration des années 1860 aux années 1920 par Caroline Douki

Bibliographie détaillée et sources sur ce sujet dans :

Caroline Douki, « Compter les “retours” d’émigrants italiens au début du XXe siècle : entre conventions statistiques et théorie économique libérale », Revue européenne des migrations internationales, 2013, 3, p.11-32

Version électronique accessible par le portail Cairn :

https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2013-3.htm

 

picto_chiffres copie

Compte rendu de la séance 16 du séminaire le 4 juin 2015

Conventions de mesures de la richesse et action publique

Florence Jany-Catrice (Université de Lille1-Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques)

 En préalable, Florence Jany-Catrice a évoqué son parcours intellectuel et le mouvement hétérogène de développement des nouveaux indicateurs de richesse depuis le début des années 2000.

Puis, dans une première partie, F. Jany-Catrice a souligné une triple croyance des économistes orthodoxes : l’effet de ruissellement qui veut que la croissance bénéficiera à tous, le progrès continu qui réparera les dégâts sociaux et économiques quoi qu’il arrive, la hausse du PIB qui entraînera mécaniquement une hausse du bien-être. Elle a ensuite détaillé quatre incohérences que génèrent ces croyances : d’abord le fait que toujours plus d’activité n’est pas forcément facteur de bien-être, de nombreuses activités humaines (bénévoles, domestiques…) échappent à la captation statistique, l’agrégat du PIB est indifférent à l’évolution des inégalités, le PIB ne prend pas en compte les stocks (le patrimoine) d’une société.

Soumis à des critiques récurrentes depuis les années 1980, le PIB est une construction statistique daté qui met en lumière les flux de volume et qui « fonctionne » bien dans une économie essentiellement industrielle. Afin d’estimer la valeur, les statisticiens établissent des indices de prix par branche qui ne rendent compte qu’imparfaitement de la réalité en l’absence d’unités standards, clairement identifiables et stables dans le temps. La productivité, appliquée aux productions intellectuelles du secteur public par exemple, n’est plus un calcul pertinent dans une société de services.

Dans une deuxième partie, F. Jany-Catrice a expliqué les problèmes que rencontre la statistique publique confrontée à la mesure de la « qualité de la vie », question qu’elle aborde de plus en plus dans ses travaux, notamment au niveau des territoires. Qui est légitime pour dire ce qu’elle est ? Quels usages politiques peuvent-être faits d’un certain nombre de mesures.

Enfin, F. Jany-Catrice a proposé des pistes pour l’avenir. Co-construire avec les statisticiens les cadres méthodologiques et délibérer sur ce qui compte et est à compter. Ne pas rejeter la mesure par un relativisme absolu, mais s’intéresser autant au processus qu’au résultat et renoncer à l’illusoire neutralité du chiffre. Dénoncer les dérives quantophréniques qui représentent aujourd’hui les modalités suprêmes de l’argumentation, qui influent sur l’évaluation des politiques publiques et qui disqualifient ce qui n’est pas quantifiable. Enfin, redéfinir la richesse en termes de bien commun.

picto_chiffres copieBibliographie sélective de la séance 16

Conventions de mesures de la richesse et action publique par Florence Jany-Catrice

 Gadrey J., Jany-Catrice F., Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, Éd. La découverte, coll. Repères, 2005 (3e éd. 2012), 128 p.

Jany-Catrice F., Marlier G., « Estimer la santé sociale des régions françaises : enjeux économiques, épistémologiques et politiques », Revue d’économie régionale et urbaine, 2013, vol. 4, pp. 647-678

Jany-Catrice F., La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?, Lille, Presses du Septentrion, collection Capitalismes, éthique, institutions, 2012

Jany-Catrice F., « Quand mesurer devient maladif », Revue Projet, 2012 (en ligne) : http://www.revue-projet.com/articles/quand-mesurer-devient-maladif/

Jany-Catrice F., Méda D., « Mesurer autrement la richesse », Cahiers français, n° 355, Paris, La Documentation française, 2010

Jany-Catrice F., Zotti R., « Un indicateur de santé sociale pour les régions françaises », Futuribles, mars 2009

Jany-Catrice F., « The French Regions and their Social Health », Social Indicators Research, SpringerLink, vol. 93, n° 2, 2009, pp. 377-391

picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 15 du séminaire le 21 mai 2015

Publique ou privée ? La statistique des fonctionnaires en France

Émilien Ruiz (docteur en histoire)

 En prenant en considération les contradictions des données quantitatives recensant les fonctionnaires depuis les années 1840 jusqu’aux années 1940, Émilien Ruiz a choisi d’étudier les interactions entre les chiffres produits, les discours énoncés et les politiques menées.

Dans un premier temps, il a révélé les enjeux d’une histoire de l’État par ses effectifs, détaillant les différents corpus de sources mobilisées (voir le billet sources et bibliographie de la séance).

 Dans un deuxième temps, il a détaillé l’histoire longue de la co-construction (publique-privée) du savoir statistique sur les effectifs de l’État ainsi que les usages, non-usages et usages détournés de ces chiffres. Il distingue d’abord le temps des initiatives individuelles (Alexandre-François Vivien, Maurice Block, Victor Turquan) des années 1840 aux années 1890. Les tâtonnements méthodologiques, les présupposés idéologiques et les rivalités interpersonnelles ou interinstitutionnelles expliquent les motivations des dénombrements repérés. Parallèlement, les statistiques « privées » sont reprises dans des débats publics comme des sources officielles.

À partir de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1930, avec l’appui du pouvoir législatif, des spécialistes (J. Bertillon, É. Cheysson, F. Faure, A. Fontaine, A. Foville, É. Levasseur, L. March, A. Neymarck) perfectionnent, en marge de la Statistique générale de la France, la statistique des fonctionnaires, sans cependant parvenir à un résultat probant.

Ces deux périodes jusqu’à la seconde guerre mondiale permettent de produire des chiffres statistiques le plus souvent hors de l’État, même si le ministère des Finances, dans les lois de finances initiales ou par des travaux internes à la direction du Budget, compte les employés de l’État et entend conserver son quasi-monopole des chiffres dans ce domaine.

La dernière période marquée par l’étatisation des statistiques des fonctionnaires, débutée sous Vichy, ouvre la concurrence entre les chiffres de la sphère publique avec la création de l’Institut national de la statistique et des études économiques, qui produit le premier recensement fiable des fonctionnaires en 1947 (publié en 1949) à la demande de la direction de la Fonction publique créée en 1945, tandis que le ministère des Finances tente de maintenir sa position de « fournisseur exclusifs » de chiffres sur la question avec, notamment, l’Inventaire de la situation financière de la France publié dès 1946 et mis à jour en 1949.

 Dans une dernière partie, É. Ruiz a interrogé l’utilité historienne de tous ces chiffres. Il met en évidence des écarts du simple au double pour la même année entre les différentes sources, ce qui s’explique notamment par l’absence de définition commune de ce qu’est un fonctionnaire. En outre, les méthodes différenciées de production des données empêchent la reconstitution de séries longues homogènes. Enfin, et en revanche, les utilisations et distorsions politiciennes des chiffres révèlent l’histoire de l’image des fonctionnaires ; en un raccourci : des inféodés au régime politique, puis les responsables de la dépopulation de la France du début du XXe siècle, puis des fainéants insupportables pour les finances publiques.