picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 24 du séminaire le 12 mai 2016

Les controverses statistiques : à propos des récents recensements démographiques au Canada et des débats sur l’indice des prix à la consommation argentin

Jean-Pierre Beaud (Université du Québec, Montréal)

Jean-Pierre Beaud a, durant cette séance, cherché à comprendre pourquoi les méthodes statistiques ne prêtent pas plus souvent à controverses et pourquoi ces dernières n’impliquent généralement que des experts. Afin de répondre, il a analysé deux controverses récentes, une close, l’autre en cours.

Le Canada, suite à la décision du gouvernement conservateur Harper, a vu en 2010 le remplacement du questionnaire long et obligatoire de recensement (quinquennal) de la population par un questionnaire de douze questions facultatif. Les universitaires du pays quasi unanimes, des partis politiques et des représentants des églises, entre autres, ont protesté contre ce changement qui, tout en appauvrissant le recueil de données, n’entraînerait pas nécessairement des économies budgétaires. Le gouvernement Trudeau, nommé en novembre 2015, est revenu sur cette décision.

En Argentine, à la suite de la crise de 2000-2001, l’Instituto nacional de estadisticas y censos (Indec) a subi des pressions du gouvernement péroniste Kirchner pour minorer le rythme de l’inflation. Le gouvernement a congédié des cadres réticents de l’Indec, qui a perdu toute crédibilité nationale et internationale. Un nouvel indice des prix est à reconstruire. La querelle actuelle, sous le nouveau gouvernement libéral Macri, porte sur le temps nécessaire à son établissement.

Ces deux exemples illustrent l’actualité des questions portant sur la pertinence et l’indépendance politique (selon les termes d’Ivan P. Fellegi) des statistiques construites par des scientifiques en même temps agents de l’État. Ces deux cas rappellent en outre que les mesures et les conventions statistiques font l’objet de redéfinitions réciproques et permanentes qui sont rarement discutées démocratiquement.

En conclusion, Jean-Pierre Beaud a listé les causes qui expliquent la rareté de controverses publiques et démocratiques sur les cadres statistiques : technicité du sujet et complexité scientifique dans l’esprit du public qui provoque son désintérêt, confidentialité parfois nécessaire de la fabrication des chiffres, pression politique efficace sur les fonctionnaires.

L’intervenant estime néanmoins que ces débats vont se multiplier dans un monde néo-libéral en raison du développement de normes statistiques internationales, d’une demande citoyenne de transparence, d’une peur latente du big brother, de la généralisation des évaluations des politiques publiques, de la montée en puissance des mouvements identitaires, de l’extension des actions de discrimination positive et d’une maîtrise largement répandue des outils informatiques et d’information.

Jean-Pierre Beaud décèle enfin depuis la fin des années 1990 une modification des rapports entre producteurs et utilisateurs des statistiques par une réduction de la distance entre la statistique et le politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *