Journée d’études sur l’histoire de la statistique

Journée d’études organisée à l’occasion des 70 ans de l’Institut national de la statistique et des études économiques

Histoire aujourd’hui, statistiques demain : regards croisés sur la production et l’usage des statistiques

 Mercredi 29 juin 2016

Centre de conférences Pierre-Mendès-France

Ministères économiques et financiers

Programme provisoire

L’inscription à ce colloque est obligatoire. Pour vous inscrire, connectez-vous à l’adresse
suivante :
http://www.webquest.fr/?m=15005_colloque-historique-et-scientifique-pour-les-70-ans-de-linsee-le-mercredi-29-juin-2016

8 h 30 Accueil-café

9 h 00

Ouverture du colloque

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics (sous réserve)

9 h 30

Introduction

Jean-Luc Tavernier, directeur général de l’Insee (sous réserve)

9 h 45

La politique de coordination des statistiques au sein de l’Union du Benelux

Thierry Grosbois (Université du Luxembourg)

 Mesure pour mesure : Formes d’enquête, d’évaluation et de gouvernement, depuis la statistique d’État jusqu’au « soi quantifié »

Laurent Thévenot (EHESS)

La « gouvernance par les nombres » est-elle la fin de l’histoire de la statistique ?

Jacky Fayolle (INSEE)

11 h 15 – 11 h 30

Pause

D’une crise à l’autre : 1907 et la naissance du suivi de la conjoncture à la SG

Jean Rouchet (INSEE)

Statistique et macroéconomie

Pierre Villa (retraité Insee)

12 h 30 – 14 h

Déjeuner

Les débats français sur les statistiques « ethniques » dans la confusion des genres

Stéphane Jugnot (IRES)

70 ans de statistiques sur l’activité des femmes : zones d’ombre et coups de projecteurs

Monique Meron (INSEE)

15 h – 15 h 15

Pause

 La statistique pénale, une statistique gestionnaire et une statistique criminelle : esquisse d’histoire

Benjamin Camus (INSEE)

La statistique pénitentiaire : gouverner (par) les marges ?

Melchior Simioni (GEMASS) et Elsa Genard (Paris I)

16 h 15 – 17 h 15

Remise du prix Alain Desrosières

17 h 15 – 17 h 30

Clôture du colloque

Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique (sous réserve)

 

 

 Argumentaire scientifique

L’ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l’action même. (Marc Bloch)

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a été créé en 1946.

Producteur de chiffres et adepte de l’aléatoire, force est de constater, que l’Insee s’intéresse à l’histoire ou à son histoire, à l’occasion d’années finissant par un « 6 ». L’unité Recherche de l’Institut organise ainsi en juin 1976 les journées d’étude sur l’histoire de la statistique et publie à partir des contributions un ouvrage intitulé Pour une histoire de la statistique, en deux tomes

Contributions et Matériaux. Vingt ans plus tard, en 1996, l’Insee publie Cinquante ans d’Insee… ou la conquête du chiffre, pour éclairer les particularités de cet institut à la fois au sein des autres administrations, mais aussi vis-à-vis des autres instituts nationaux de statistique. En 2006, à l’initiative d’Alain Desrosières, l’Insee organise la première édition des journées d’histoire de la statistique dont l’objectif est « de s’interroger sur les pratiques statistiques, sur les outils utilisés, sur les catégories produites, sur les champs investis par la statistique publique, sur l’harmonisation internationale, sur le métier de statisticien, etc., toutes questions auxquelles il est nécessaire d’apporter des réponses pour pouvoir produire des statistiques de qualité demain ».

Aussi, semble-t-il logique qu’en 2016, à l’occasion de ses 70 ans, l’Insee, en collaboration avec l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE), organise un nouvel événement autour de l’histoire de la statistique.

Les rôles de la statistique, et de la statistique publique en particulier, ont fortement évolué depuis la fin de Seconde Guerre mondiale. Empruntant à Alain Desrosières le titre de son livre La gouvernance par les nombres, Alain Supiot s’est récemment interrogé sur les conséquences d’un usage de plus en plus intense de la statistique dans la vie politique et sociale, « Avec la gouvernance par les nombres, on espère avoir une représentation chiffrée fidèle, réelle, objective, soustraite à toute espèce de débat car un tel système est censé définir les positions de chacun sans qu’il y ait à prendre de décisions ». Les sociétés développées font un usage toujours plus important d’indicateurs pour : comparer des agents, des pays, des institutions ; évaluer des projets ou des politiques publiques ; classer des performances au travers de palmarès ; etc. Cet usage des indicateurs s’inscrit dans la loi et affecte la vie des individus. En parallèle, la génération de données massives, résultats des traces laissées par les actions humaines dans les systèmes d’information et de gestion d’entreprises privées, et le développement des politiques de « données ouvertes » (open data) offrent de nombreuses opportunités économiques et statistiques mais soulèvent des inquiétudes quant au respect de la vie privée et de la propriété des données personnelles. Dans ces circonstances, qu’un mouvement politique et social « visant à la réappropriation [du] pouvoir émancipateur des statistiques » visse le jour, semble naturel et doit être pris en compte dans le questionnement historique sur le rôle des statistiques et des conditions de leur élaboration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *