picto_chiffres copie

Compte rendu de la séance 22 du séminaire le 17 mars 2016

Sociologie et comptabilité. Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise des années 1990

Corine Eyraud (Université d’Aix-Marseille)

Corine Eyraud a, dans une première partie, expliqué le système comptable d’avant la réforme de la comptabilité des entreprises d’État chinoises de 1993.

Ces entreprises utilisent des crédits affectés par le budget de l’État et leur comptabilité est intégrée au budget de l’État. La balance des fonds constitue le document essentiel qui détaille les fonds fixes, circulants et spéciaux. Ces entités étatiques gèrent non seulement les moyens de production stricto sensu mais également les logements des employés, les crèches, les dispensaires, les pensions de leurs retraités…

Avant 1993, le bureau de la Statistique et le ministère des Finances fixent les cadres comptables des entreprises avec pour principale finalité d’élaborer la planification et de vérifier le respect de celle-ci au niveau microéconomique. Les banques, elles, tiennent les comptes des entreprises et font office de direction financière.

Les cadres comptables sont spécifiques à chaque secteur et même sous-secteur économique.

En 1993 de nouveaux règlements comptables entrent en vigueur, la Banque mondiale a accordé un prêt à la Chine pour l’élaboration de cette réforme à condition qu’elle accepte un grand cabinet international comme conseiller auprès du ministère des Finances. Les objectifs de la comptabilité des entreprises étatiques changent à des fins de contrôle macroéconomique, de gestion microéconomique et de reddition de comptes à des partenaires extérieurs. La comptabilité analytique reste un document interne à l’entreprise. On observe un début d’harmonisation des systèmes comptables sectoriels.

Des comptabilités patrimoniale et de résultats se mettent en place, reflet d’une volonté d’externaliser les immobilisations non professionnelles (précédemment citées) et d’étatiser certains coûts (assurances maladie, chômage, retraite) ou de les municipaliser (crèches, écoles…). Au début des années 2000, un plan comptable général est en cours d’unification.

Cette réforme comptable implique une nouvelle gestion du monde économique, un changement de l’identité et de la fonction sociale des entreprises concernées, et au final une réforme de société.

Les conséquences de la comptabilité nouvelle se font notamment ressentir dans les rapports des entreprises avec leurs banques (prêts), dans la possibilité de mises en faillite et de licenciements aménagés (préretraités, « descendus de poste » c’est-à-dire payés par l’entreprise mais peu ou pas employés).

Corine Eyraud conclut que la comptabilité, dans ce cas comme dans d’autres, reflète des enjeux sociaux, véhicule des représentations de la réalité économique, façonne l’histoire des entreprises, s’intègre et participe à un mode de régulation sociale.

Références bibliographiques :

Corine EYRAUD, L’entreprise d’État chinoise : de « l’institution sociale totale » vers l’entité économique ?, Paris, L’Harmattan, 1999, 397 p.

Corine EYRAUD, « Pour une approche sociologique de la comptabilité – Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise », Sociologie du travail, 2003, n° 4, pp. 491-508


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *