picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 21 du séminaire le 4 février 2016

Chiffres publics et publicité du chiffre : enjeux et moyens de la production et de la diffusion d’un discours quantifié sur l’économie socialiste au Conseil d’assistance économique mutuelle

Simon Godard (Université de Paris1)

 Simon Godard a, en préalable, expliqué que la distinction public-privé a en grande partie disparu dans le monde communiste au sens où l’espace public, fait de débats démocratiques, est inexistant. Dans ce contexte, il est attribué aux chiffres d’autres signifiants et usages que ceux liés à des arguments de confrontation.

Dans son exposé, Simon Godard s’appuie essentiellement sur l’expérience du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM) et explique la double dimension publique des chiffres qu’il présente, à la fois rendus internationalement publics et sources d’une propagande pour les masses.

 Dans un premier temps, l’intervenant a détaillé les paradoxes des chiffres du monde communiste. En effet, il existe de multiples producteurs de chiffres dans le bloc de l’Est, qui les utilisent à des fins de mobilisation des populations. Le système de mesures mis en place unifie et, dans le même temps, isole les pays communistes. Le secret entourant certains chiffres – les valeurs réelles de l’économie – coexiste aussi avec l’affichage, sous divers formats (documents administratifs techniques, mais aussi affiches et mêmes chansons), des objectifs chiffrés, de la planification notamment. Enfin, alors que le CAEM œuvre à compter des années 1970 pour une plus grande comparabilité des statistiques économiques de ses États membres avec les données produites à l’Ouest, il lui est interdit de poursuivre ce travail dès lors (dans la seconde moitié des années 1980) qu’il apparaît que la comparaison rejette l’Est dans la catégorie du « sous-développement ».

 Dans un deuxième temps, Simon Godard a mis l’accent sur le rôle du CAEM dans la circulation internationale des chiffres sur l’économie. Le CAEM, créé en 1949, ne coordonne que tardivement (dès 1965 mais essentiellement après 1975) la préparation des plans, et l’idée de plans transnationaux socialistes est rejetée au milieu des années 1960. Le CAEM, qui est totalement dépendant des organismes nationaux de collecte de données mais qui cherche à s’autonomiser au sein de l’appareil étatique russe, publie, en langues étrangères, des chiffres invérifiables tant par lui que par ses destinataires occidentaux ou du « Tiers-Monde ». Ces éléments chiffrés doivent attester de la solidarité du bloc communiste, du dynamisme de son économie et de la force du monde socialiste face aux économies capitalistes.

 Au final, s’il existe derrière le Rideau de fer une réflexion poussée sur la quantification (de la production mais aussi des indicateurs sociaux) et sur la comparabilité des données internationales (intra-Bloc et avec celles de l’Ouest), Simon Godard a présenté une situation paradoxale dans laquelle publicité de pléthore de chiffres ne signifie pas fiabilité et véracité de la mesure, dans laquelle l’usage du chiffre est détourné à des fins idéologiques, et dans laquelle la valeur symbolique et mobilisatrice du chiffre mis en avant est plus importante que sa construction scientifique. Enfin, la controverse chiffrée n’a pas sa place dans un monde où règne néanmoins une forme particulière de gouvernance par les chiffres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *