picto_chiffres copieCompte rendu de la séance 20 du séminaire le 14 janvier 2016

Enquêter sur les conceptions des femmes polonaises : les difficiles calculs des démographes polonais de l’entre-deux-guerres

Morgane Labbé (École des hautes études en sciences sociales)

 Morgane Labbé a présenté le fruit d’une recherche en cours sur les acteurs des études démographiques en Pologne dans l’entre-deux-guerres.

Dans un premier temps, elle a en particulier retracé l’histoire de l’Institut polonais des études sur les questions de population. Sa création en 1931 s’inscrit à la fois dans une tradition polonaise d’enquêtes qualitatives et quantitatives sur les populations, et dans un contexte de vifs débats scientifiques internationaux sur les méthodes en démographie, notamment au sein de l’Union internationale pour les études scientifiques des problèmes de population lancée en 1928 à l’initiative de l’Américain Raymond Pearl. L’Institut, à l’opposé d’un courant malthusien supposant une surpopulation source de pauvreté et de troubles sociaux, fait l’hypothèse d’une baisse de la natalité dans la Pologne de l’après-guerre. Afin de la démontrer et aussi afin de montrer à la communauté internationale ses compétences professionnelles, l’Institut lance une étude sur des groupes homogènes jugés représentatifs, faute de moyens pour réaliser une grande enquête nationale.

Dans un deuxième temps, Morgane Labbé a détaillé cette enquête de 1932-1933 qui comporte trois volets. Le premier est une enquête quantitative sur le nombre d’enfants par famille dans les groupes retenus. Le deuxième est une étude de la limitation volontaire des naissances dans les familles de médecins polonais. Le troisième est une enquête qualitative sur les pratiques contraceptives, utilisant les médecins comme enquêteurs. Les principaux résultats de ces questionnements sont, d’une part qu’il existe des écarts énormes de taux de natalité au sein de la population polonaise et, d’autre part, que ce pays est en transition vers une natalité moins élevée.

Morgane Labbé conclut à un demi-échec de cette enquête dont le taux de réponse est faible et dont les résultats chiffrés, rendus publics car publiés en Pologne et dans des revues internationales, peuvent prêter à circonspection. La méthodologie employée (absences de codage et d’échantillonnage notamment), malgré un scientisme affiché, affaiblit également la crédibilité des conclusions avancées.

Référence bibliographique

Morgane Labbé, « Reproduction” as a new demographic issue in Interwar Poland », dans Heinrich Hartmann et Corinna R. Unger (dir.), A World of Populations : the Production, Transfer, and Application of Demographic Knowledge in the Twentieth Century in Transnational Perspective, Berghahn Books, 2014, pp. 36-57


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *